Lucien

 

 

 

Accueil

www.@gric'old.fr


- Samedi 2 mars 2019 - eh oui, dix ans plus tard......

Bon c'est vrai que le site n'est pas trés actif depuis un an ou deux, cependant la vie suit son cours, les obligations familiales, les imprévus, la vie quoi, fait qu'on est bien obligé de suspendre les occupations de loisirs.
Cette fin de premier trimestre 2019 nous offre un temps clément propice à quelques travaux déjà remis d'années en années. Travaillant sur le 610 qui est garé à coté du Famer 2, l'incontinence de celui-ci me faisait loucher déjà depuis longtemps. On a vu que la partie moteur avait été résolue, mais au fil du temps une fuite insistante est apparue au niveau du logement d'entrainement de faucheuse. En fait l'arbre creux de prise de force qui laisse passer l'arbre primaire est garni de deux joints spi dont l'un avait été changé en son temps .

Il fallait donc couper de nouveau le tracteur

coupé

Au risque de se répéter cette opération nécessite quelques précautions impératives. L'emploi d'un rail dans lequel coulisse un cric rouleur facilitera grandement l'accouplement après l'opération. Il faut également un cric bouteille à l'arrière du tracteur, un autre juste avant le point de séparation. Bien entendu, serrer le frein à main et caler l'ensemble qui ne devra pas basculer d'avant en arrière et vice versa..
Le cric rouleur lui, sera positionné sous le carter d'embrayage à un point plat, c'est lui qui va séparer le tracteur. De plus, il est impératif de caler le moteur de chaque côté sur les bras d'essieu avant, sinon à la séparation il va basculer d'un coté ou de l'autre et ce sera la catastrophe. Ne pas oublier de vidanger la transmission avant de dévisser quoi que ce soit. L'opération sera facilitée si les marchepieds sont déposés.

Une fois les dix écrous déposés avec un démonte pneus passé dans l'interstice existant à la partie supérieure des deux carters, séparer les deux ensembles. La seule difficulté peut venir du roulement qui sera, soit "grippé" dans le carter arrière ou du flasque qui le porte qui ne voudra pas sortir du carter avant. De toute façon ça doit venir, Pour sortir le flasque on peut le chasser par la trappe de faucheuse avec une longue tige et un marteau, (dans ce cas caler le carter d'embrayage en plus du cric) de toute façon il faudra changer le joint donc pas de scrupules à avoir.

Voici donc les fautifs.. A gauche le flasque qui porte le gros joint spi 50x70x10. Il est également cerclé d'un joint torique 100x5. Comme il est positionné là, il vient coiffer le pignon creux à côté, on voit à l'intérieur de celui-ci le deuxième joint 25x32x4 (qui n'avait pas été changé à l'époque) qui assure l'étanchéité entre le pignon et l'arbre d'entrée de boite.
Sur les cannelures du pignon creux un arbre, creux également, vient se positionner. Il est fixé par deux vis (on aperçoit un trou fileté sur la cannelure la plus visible) cet arbre va se loger dans le disque d'embrayage de prise de force.
La méthode la plus rationnelle pour refermer le tracteur est d'assembler les deux arbres à l'établi et positionner l'ensemble sur le carter d'embrayage avant de procéder au rapprochement. Le roulement de l'arbre creux se loge d'une part dans le flasque jusqu'au niveau du jonc d'arrêt qui le ceinture, et d'autre part dans le carter arrière. Il sert ainsi avec le petit pion situé au bas du carter, à centrer et immobiliser les deux carters.

pignon


Sur cette photo on comprend mieux le montage, le flasque est en place et l'arbre ne peut pas sortir car il en est empêché par les deux vis de maintien de l'arbre creux. On emmanche donc en premier l'arbre creux dans le disque d'embrayage, on met le flasque en place (attention au joint torique périphérique) et on pousse le pignon jusqu'à ce que le jonc d'arrêt du roulement soit "noyé" dans le flasque.

avant


Ce qui doit donner ça : Profitez en pour aligner les dents des pignons et arbres afin qu'ils n'empêchent pas l'emboitement de l'ensemble.

en place


Pour ma part, après un premier réassemblage à sec, un fuite s'est révélée au niveau du plan de joint, j'ai donc recoupé le tracteur pour insérer un joint de papier fabrication maison que j'ai imbibé d'huile.

J'auraisi pu opter pour de la pâte à joint mais d'une part je n'avais plus de serdon recommandé par Fendt, et d'autre part la sinécure de remboitement du roulement au moment du réassemblage du tracteur peut dépasser le temps de prise de la pâte à joints. Comme pour un Farmer de la série S avec boite intermédiaire, si le roulement (prise de force sur les "S") n'est pas strictement en face de son logement la séance peut s'éterniser voir provoquer des aigreurs d'estomac conséquentes auquel cas il vaut mieux remettre au lendemain et prendre l'option joint papier.


joint papier


Et voilà:

refermé

Quand on en est là, on respire mieux, surtout si on est seul pour effectuer l'opération. A noter que lorsque l'espace entre les deux carters correspond à l'épaisseur du roulement, il faut "secouer" le tracteur en le poussant par les roues avant et jouer avec les hauteurs de crics tout cela à dose homéopathique cela va sans dire.


pied de document

Affichage conseillé: 1024 x 768 | ©2007-2019 Agric'old | retour haut de page | reproduction interdite sauf accord écrit |